28 octobre 2015 ~ 0 Commentaire

« orientation »

Je me souvenais d’elle. On lui disait qu’elle était douée, qu’elle faisait bien : vivacité, mémoire, prestance. Elle, elle ne se sentait pas ainsi. Les pièces s’enchainaient, certes, mais déjà des questions se posaient sur les relations humaines et leurs difficultés. Des difficultés bien réelles pour elle dans ses liens aux copines ou aux prétendants. Ça ne marchait pas toujours bien, au contraire, et des revers de médaille étaient très douloureux, incompréhensibles, irrésolubles, avec les filles et les garçons, en amitié ou pas. Elle continuait en même temps à bien travailler à l’école. C’est au lycée qu’une impression de lourdeur s’est fait ressentir, il y en avait trop. Trop d’apprentissages encombrants dans ces filières scientifiques qui ne la faisaient plus réfléchir. Le savoir mathématique enlevait le rêve, dénudait la réalité de ses fleurs et exigeait toujours plus de labeur. Elle s’est laissée envahir, manger par les formules, mal à l’aise car ça ne correspondait plus à sa fantaisie. Elle n’était pas capable d’une telle justesse. Il lui manquait de la discussion, de la diversité, un coté bricolage pour présenter son cœur. Elle se faisait gaver mais ne s’en rendait pas compte. La question du pourquoi est infinie dans les sciences. Ce qui peut la stopper, c’est sa propre orientation par rapport à ce savoir. Mais cette subjectivité n’existait plus, noyée, jugée encombrante et un rempart contre le savoir.

Tags:

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Journalduntoquard |
Timedead |
Rebecca, 15 ans, ma vie. |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Bog3
| Taistoinettoie
| °O o ° * Laur'AnA * °...