05 novembre 2015 ~ 0 Commentaire

« leurre »

Cette merveilleuse sensation de liberté, d’humanité, était indissociable, se souvenait-elle, d’un sentiment aigu de tristesse et de solitude assumée. La tristesse de ne pas y croire, de ne pouvoir rien contre, la solitude de sa position dans ce monde. Alors que la joie et l’idée d’être avec d’autres s’accompagnaient d’un aveuglement, éblouissant comme sa gaieté. L’aveuglement de croire que ça va bien se remplir, qu’elle remplissait bien sa mission la rendait joyeuse, la tristesse d’accepter que sa mission était chimère était parfois difficile à apercevoir tant elle aimait à se leurrer. Peut-être oubliait-elle ce qu’elle cherchait vraiment ?

Tags:

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Journalduntoquard |
Timedead |
Rebecca, 15 ans, ma vie. |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Bog3
| Taistoinettoie
| °O o ° * Laur'AnA * °...