02 février 2016 ~ 0 Commentaire

« place »

Comment faire un autre lien par rapport à cet autre que celui de quémander un peu d’attention, d’imaginer que cet acte en est ? C’est comme une envie de dérober quelque chose qui n’a pas été donné alors qu’il aurait du l’être dans un monde parfait, imaginarisé. Elle dit qu’il y a eu de l’amour ? Oh non. Tout le corps dit non, si ce n’est la mémoire. Avec celle –ci oui, il y a eu des sourires, des semblants de connivence. Et c’est surement ce lien inexploré qui soutient quelque chose. Avec le pendant de cet abandon en toile de fond qui a donné naissance à cette idée : ne pas avoir de place, prendre la place de quelqu’un d’autre, être un voleur, un rescapé.
Il y avait la nature et le monde paysan brut (son rythme, une goûteuse nourriture, les levers tôt, le mélange de la vie professionnelle et familiale). Il y avait la femme cheftaine, des décisions, des voix fortes, un peu de culture, de la générosité buccale, des balades, des copains, l’impression d’une famille. Mais en fait tous les secrets et les non dits et le sacrifice de la jeune génération pour en payer le prix.

Tags:

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Journalduntoquard |
Timedead |
Rebecca, 15 ans, ma vie. |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Bog3
| Taistoinettoie
| °O o ° * Laur'AnA * °...