19 mars 2016 ~ 0 Commentaire

« aveugle »

Style chic et choc.
Un sac rempli de choses éparses mais qui n’ont pas de liens logiques, du flou car les contours ne sont pas nets ; faut-il davantage s’intéresser à ce que ça a produit plutôt qu’au pourquoi c’est comme ça ?
Un aveuglement, c’est-à-dire un manque de repères nets. Un manque de confiance en soi car impossibilité de s’appuyer sur quelque chose. Avoir peur. Une volonté de mettre ces incertitudes en question tout le temps. Le flou ( pas artistique). Des morceaux de jouissance éparse. Une animosité à se sentir limitée, à vouloir être canalisée par d’autres avec lesquels la confiance n’a pas pris , mais aussi une nécessité du coup de se canaliser soi même. Une haine pour ce qui est la bêtise à savoir une croyance sourde à des certitudes arbitraires (pour l’homme). Pour la femme, même pas une volonté de semblants, juste une idée d’existence et de jouissance.
Quel appui là dedans ?
Décortiquer, l’amour des phrases et des mots qui ont tant manqué, à articuler enfin. Le gout pour d’autres langues, encore d’autres manières de dire ce qui n’a pas pu se dire. Une autre langue plus gaie, une autre grammaire. Pour se désintégrer de la langue maternelle, pour pouvoir en prendre le contrepied. Les mathématiques : la logique, des liens. La musique, la musique de la langue.
Une envie de pleurer à cause de ce manque de liens, d’histoire, de ces bouts épars, perdu. Mais si il n’y avait pas les mots pour essayer d’attraper quelque chose. C’est si difficile de saisir une aspérité dans cet amoncellement. Aveugle.

Tags:

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Journalduntoquard |
Timedead |
Rebecca, 15 ans, ma vie. |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Bog3
| Taistoinettoie
| °O o ° * Laur'AnA * °...