03 mai 2016 ~ 0 Commentaire

« s’avilir »

Curieusement, il semblerait que le manque puisse constituer une barrière à un flux sans arrêt. Se stopper au niveau de la ligne du manque. Qui resterait un miracle à tenter d’accomplir. Continuer avilit l’envie. Car c’est un intouchable. Curieusement.

Tags:

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Journalduntoquard |
Timedead |
Rebecca, 15 ans, ma vie. |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Bog3
| Taistoinettoie
| °O o ° * Laur'AnA * °...