25 novembre 2016 ~ 0 Commentaire

« merdre »

Avaler des quantités qui ne sont que du vent et qui ne lestent rien. Ce qui fait poids, c’est la douleur, la douleur de la mère dans son ventre : une naissance, un moment que des années plus tard, une autre mère qualifiera autrement.

Elle aurait voulu aimer sa mère mais elle n’y est pas parvenue.
Elle aurait voulu être aimée par son père mais ça n’a pas eu lieu.
Elle aurait voulu lui dire oui, elle a eu peur. Heureusement. Elle ne connaissait que la relation forcée, à contre gré, ça n’a pas eu lieu. Heureusement. Elle a eu très peur et puis que des malheurs.

La mère, merde. Opération sale, destructrice. La volonté de mort à l’œuvre.

Tags:

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Journalduntoquard |
Timedead |
Rebecca, 15 ans, ma vie. |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Bog3
| Taistoinettoie
| °O o ° * Laur'AnA * °...