07 janvier 2017 ~ 0 Commentaire

« en vol »

Sans aucun statut professionnel, où est sa place ? Est-il nécessaire qu’il soit reconnu par une société qu’il désapprouve ? A bas cette reconnaissance floutée. Abandonner les anciens repères : le plein, la légitimité de la place
Qu’est ce qui peut faire plaisir ?
Va-t-il enfin s’exprimer sur ce qui le touche vraiment ? Ou continuer d’être lassé par les phrases des autres ?
Comment l’écriture peut-il lui redonner le gout de vivre, lui rendre la mobilité, celle qui lui permet de suivre les aléas de sa pensée, celle du vol du papillon ?
Le laisser tomber de cette fille a été décisif. Mais n’est ce pas aussi qu’il n’a plus fait systématiquement le premier pas ? Et que là, il s’est aperçu du désintérêt des autres. Il n’a plus tout fait pour être entouré. Son corps n’a plus été attiré vers celui d’autrui. C’est à assumer. Et finalement, cette solitude d’apparence n’est pas si désagréable, elle vaut plus qu’un essaim de bruit tourbillonnant autour mais avec lequel, il s’en souvient bien, il n’a été que rarement symbioté. Où se sentir bien ? Apprendre à y prêter attention. Et aussi comment se sentir bien.

Tags:

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Journalduntoquard |
Timedead |
Rebecca, 15 ans, ma vie. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bog3
| Taistoinettoie
| °O o ° * Laur'AnA * °...